Comment attraper mon cheval au pré ?

Comment attraper mon cheval au pré ?
Comment attraper mon cheval au pré ?

Certains chevaux, en particulier ceux avec lesquels vous avez noué des liens au fil du temps, seront faciles à attraper dans un pré. Ils pourraient même s’approcher de vous, conscients que vos poches contiennent des friandises. Et incliner la tête pour vous aider lorsque vous mettez leur licol.

D’autres, cependant, pourront ressentir le fait qu’ils doivent quitter leur champ, leurs compagnons et leur herbe savoureuse. Et, au premier signe qu’un humain entre dans leur enclos, repartir dans la direction opposée.

Alors, comment attraper votre cheval au pré ? Et quelles sont les choses auxquelles vous devez faire attention pour rester en sécurité durant le processus ? On fait le point !

 

Sommaire

Un peu de matériel

  • Un licol.

Assurez-vous que celui-ci ait une sangle de nez douce et rembourrée qui s’adapte bien, sans être trop serrée pour votre cheval.

Voir de bons licols.

 

  • Une corde de plomb.

Vous en aurez besoin pour attacher le collier de tête.

 

  • Des friandises.

À donner à votre cheval s’il est calme et se comporte bien.

Comment gâter son cheval

Attraper un cheval au pré : Pour commencer

Lorsque vous essayez d’approcher votre cheval, ne marchez pas vers lui avec une intention trop marquée. Au lieu de cela, adoucissez votre langage corporel. Marchez lentement vers votre cheval.

Ne faites pas de contact visuel direct. Ne vous approchez pas de face (ou de queue). Utilisez votre vision périphérique et approchez-vous du cou ou de l’épaule.

Attraper un cheval au pré : Pour commencer

Attraper un cheval au pré : Pour commencer

Si le cheval vous permet de vous approcher suffisamment pour l’attraper, passez un peu de temps à faire quelque chose d’agréable . Grattez-le, massez-le ou toilettez-le brièvement. Utilisez votre connaissance de ce que votre cheval aime.

Lorsque vous avez terminé, ne laissez pas votre cheval conclure l’échange. Décidez quand vous avez terminé et incitez l’animal à venir avec vous.

 

Entraîner le cheval dans un espace clos

Si votre cheval ne vous permet absolument pas de vous approcher suffisamment pour l’attraper, placez-le dans un petit enclos ou une cour.

Lorsque vous vous approcherez de votre cheval et qu’il s’apprêtera à fuir, gardez-le en mouvement. Utilisez un fouet de fente comme une extension de votre bras pour indiquer à l’animal d’avancer. Au début, peut-être confondra-t-il la manœuvre avec un jeu : galoper, marcher, donner des coups de sabot.

Certainement même essayera-t-il de vous approcher à un moment donné. Cependant, vous devrez rester ferme dans vos ordres et vos prises de décision.

 

Quand il aura fait ce que vous lui demandez, félicitez-le et recommencez. Faites cela plusieurs fois pour vous assurer que vous obtenez une réaction cohérente à votre commande.

Lorsque vous voyez que le cheval s’arrête docilement sur demande, laissez tomber votre fouet et approchez-vous. Si le cheval se tient tranquillement, félicitez-le, grattez-le et éloignez-vous.

Répétez le processus jusqu’à ce que vous sachiez que le cheval vous attendra tranquillement.

Ce n’est qu’une fois que vous savez que le cheval se tiendra immobile que vous tenterez de l’attraper. S’il s’éloigne de vous, répétez le processus.

Faites bon usage du licol

Faites bon usage du licol

Assurez-vous de prévoir une récompense à la fin de la leçon, si celle-ci s’est correctement déroulée. Menez le cheval vers une friandise dans un seau, faites un peu de toilettage ou proposez un massage. Ensuite seulement, laissez-le aller dans son pâturage. Vous lui rendrez visite de temps à autre, pour le simple plaisir, afin qu’il n’associe pas systématiquement votre venue à du travail ou à de l’inconfort.

 

Quelques conseils pour attraper un cheval au pré

Soyez subtil(e)

La règle d’or pour attraper un cheval, c’est de ne jamais le regarder dans les yeux. Inclinez la tête tout en gardant le cheval dans votre ligne de mire, mais ne le regardez pas directement. Dans la nature, un cheval tendrait à considérer un humain comme un prédateur. Alors, procédez tout doucement et sans pression.

Aussi, ne marchez jamais vers un cheval de manière agressive, mais de manière confiante et détendue. S’il tourne dans la direction opposée à mesure que vous vous rapprochez, ralentissez considérablement votre allure. Approchez-vous du côté où il a l’habitude d’être manipulé.

Amadouez-le

Offrez une friandise avec une main tendue, mais encore une fois sans regarder votre cheval dans les yeux.

Faites bon usage du licol

Si l’animal est difficile à attraper, il peut être judicieux de procéder avec un licol. Attrapez très tendrement l’arrière de la muserolle et attachez la longe avant de lui laisser la friandise.

Ne faites jamais de mouvements brusques qui pourraient effrayer le cheval et le faire cabrer ou s’enfuir au galop. Si vous avez affaire à un cheval particulièrement nerveux, faites glisser la corde sur l’arrière de la muserolle et menez l’animal avec les deux extrémités. De cette façon, s’il s’éloigne et que vous ne pouvez pas le retenir, la corde glissera en toute sécurité.

Tenez-vous sur son côté gauche, jamais devant, lorsque vous mettez le licol.

 

Prenez votre temps

Si votre cheval est particulièrement réticent, passez du temps à aller au pré, à lui donner une friandise, à lui mettre le licol, à le guider sans pression puis à le laisser repartir. Il comprendra bientôt qu’il n’y a rien à craindre dans le fait d’être approché et attrapé, surtout lorsqu’il s’agit d’une carotte ou d’une pomme juteuse. En faisant cela, vous contribuez à désamorcer la relation prédateur/proie.

 

Utiliser la psychologie inversée

Essayez également de vous détourner de votre cheval lorsqu’il se tourne vers vous. Si vous avez de la nourriture dans la main, et que vous prenez soin de la lui laisser voir, il cédera probablement et viendra la chercher lui-même.

 

Lisez le langage corporel

Le pré doit être l’espace de sécurité de votre cheval. Il est important qu’il s’y sente en confiance et à l’aise. C’est pourquoi il est important de rendre l’expérience de capture aussi positive que possible.

Si c’est une bonne expérience, cela facilitera par ailleurs la capture dans d’autres environnements, comme dans l’écurie. Jetez pour cela un œil à son langage corporel. Si son cou est baissé et qu’il continue à brouter après que vous soyez entré(e) dans le champ, c’est qu’il est détendu, sans aucun doute.

Offrez une friandise avec une main tendue

Offrez une friandise avec une main tendue

Cela dit, il peut toujours être facilement effrayé. Il est donc essentiel que vous respectiez son espace et que vous vous approchiez lentement.

 

Privilégiez la sécurité

N’oubliez pas de toujours porter un casque de sécurité lorsque vous attrapez un cheval. Des accidents peuvent se produisent effectivement sur le terrain.

 

Et ensuite ?

Si vous sentez que votre cheval est calme et détendu, vous pouvez essayer de l’attraper.

Appelez-le par son nom, pour lui faire savoir que vous êtes sur le terrain avec lui. Ensuite, commencez à marcher progressivement, tranquillement vers lui. Ne faites pas de mouvements brusques ou rapides qui pourraient l’effrayer.

Lorsque vous êtes à côté de votre cheval, caressez ou grattez son encolure. Cela peut faire baisser son rythme cardiaque et dans le même temps, libérer des hormones du bonheur.

Vous êtes désormais sûr(e) que votre cheval est heureux que vous soyez à ses côtés ? Commencez à vous approcher avec le licol et la longe. Lorsque vous serez prête, positionnez la muserolle du collier sur le nez de votre cheval, en la soulevant sur son visage et en plaçant la têtière sur ses oreilles.

Une fois le licol bouclé, récompensez votre cheval avec une friandise car cela contribuera à renforcer son bon comportement. Si, à un moment donné, votre cheval commence à montrer des signes d’inconfort ou d’inquiétude, ou s’il essaie de s’éloigner de vous, arrêtez immédiatement. Il vaut mieux reculer d’un pas, et prendre le temps de rassurer l’animal.

 

Si vous êtes quelqu’un qui a possédé ou travaillé avec un certain nombre de chevaux dans le passé, vous comprendrez que chaque équidé a ses propres traits et une personnalité merveilleusement unique. Il est de votre devoir d’apprendre les comportements et caractéristiques individuels de votre ami à quatre pattes, afin que vous puissiez adapter les soins et la formation exactement à ses besoins.

La meilleure chose que vous puissiez faire, c’est de rester calme et d’être persévérant(e). Essayez de ne pas montrer que vous êtes frustré. Les chevaux sont des créatures intelligentes qui peuvent capter ces émotions. Et même lorsque tout semblera aller bien, il se peut que votre cheval décide un jour qu’il est très heureux au pré, et qu’il n’a pas envie de rentrer !

Soyez simplement patient(e) et assurez-vous de leur donner friandises et affection à chaque instant. En dernier recours, n’hésitez pas à parler à un comportementaliste équin professionnel. Il travaillera avec vous pour trouver la meilleure solution pour vous et votre cheval.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *